Un canadien invente une crème qui efface les tatouages

Adieu les douloureuses et coûteuses séances au laser. Effacer de son corps un prénom jadis adoré, mais aujourd’hui honni, sera bientôt possible en se tartinant simplement d’une crème.

L’étudiant de 27 ans du département de pathologie  Alec Falkenham, qui détient un doctorat à l’Université Dalhousie à Halifax, travaille sur une crème qui efface graduellement l’encre sur la peau.

creme

Lors d’un tatouage, l’encre est injectée dans la peau et déclenche une réponse immunitaire. Les cellules appelées macrophages se déplacent dans la région tatouée afin d’aspirer l’encre. C’est ce qui rend le tatouage visible sur la peau.

La crème de Falkenham cible ces cellules qui sont restées sur le site de l’œuvre et les fait migrer vers les ganglions lymphatiques, emmenant l’encre avec elles.

Le doctorant tente présentement d’obtenir un brevet pour cette nouvelle technologie. Andrea McCormick, le gestionnaire du bureau d’innovation et de liaison avec l’industrie de l’université, décrit Alec comme un pionnier dans le monde du tatouage.

«Ses premières recherches ont conduit à d’excellents résultats et la prochaine étape de son étude s’appuiera sur ceux-ci, afin de développer un produit éventuellement mis sur le marché.»

Le jeune savant ne sait pas encore combien de crème sera nécessaire pour effacer complètement un tatouage ni quand son produit sera disponible. Il le teste actuellement sur les oreilles tatouées d’un cochon.

(2419)

  •  
  •  
  •