POURQUOI RIT-ON TOUJOURS QUAND IL NE FAUT PAS ?

On sait enfin POURQUOI on rit TOUJOURS quand il ne faut pas!!!

Ça ne vous le fait pas vous ? Vous vous retrouvez face à un ami, qui est en train de vous raconter une histoire qui lui est arrivée : des opérations lourdes, ou encore des coups de malchance qui s’enchaînent… quelque chose d’horrible en somme. Situation face à laquelle vous êtes censé répondre de toute votre compassion et ce, accompagné d’une moue de circonstance, car c’est votre ami, et que son histoire est absolument atroce.

SAUF QUE… c’est à tel point le cas que vous dégainez un réflexe totalement inapproprié !!!

rire

Alors pourquoi ?

La neuroscientifique Sophie Scott, de l’Université de Londres, explique que coexistent deux sortes de rires : le rire conscient et le rire inconscient. La partie cognitive du cerveau est plus ou moins sollicitée en fonction du rire déclenché.

Pour schématiser : il existe le rire conscient, authentique, que l’on maîtrise et qui vient d’une cause pour laquelle on considère qu’il « est socialement acceptable ». Et, existe encore le rire inconscient, celui-là même qui intervient au pire moment, c’est-à-dire lorsqu’il est inapproprié de rire. Et c’est bien de celui-ci qu’on parle actuellement : il se déclenche par la nervosité ressentie.

Pas de notre faute

Le vrai coupable dans tout ça c’est notre lobe frontal ! C’est lui qui décide que la situation est drôle. Il lève toute inhibition qui pèse sur les zones qui s’occupent de gérer nos émotions…

Le système limbique rentre dans la course et envoie une émotion positive, et en fonction de l’intensité activé le niveau du rire en découle… et  oooppp bonjour fou rire !!!!

C’est en fait une sorte de protection, un réflexe face à une situation à laquelle on n’est pas émotionnellement préparé.

Ça arrive d’autant plus quand on connaît peu la personne. Ne sachant pas vraiment comment réagir, cela provoque une gêne et par ricochet un rire incontrôlable.

Heureusement, le rire est contagieux !

Et même s’il arrive parfois qu’on soit mortifié en se voyant rire dans pareille situation, un petit : « Je suis désolé, c’est nerveux » passe crème, en général.

Bien souvent, ça suffit à décompresser : le fait que vous riez entraîne l’autre à rire avec vous : 

« Tout rire active les neurones miroirs dans le cerveau. Ce sont les neurones qui nous aident à comprendre les autres. C’est pourquoi le rire est aussi contagieux »

(585)